de Villepin, la Sainte famille et la propagande

De Villepin, 1er jour du procès Clearstream
Album : De Villepin, 1er jour du procès Clearstream
Il est venu en famille. Ses enfants, son épouse lui servent de caution morale. En même temps, de Villepin lance un message fort: en m'attaquant, vous attaquez ma famille. Une image, écrit Jean-Michel Apathie (RTL). Une image de propagande.
7 images
Voir l'album

Le procès de l’affaire Clearstream, qui occupe le devant de la scène judiciaire française depuis deux semaines, a été marqué à son ouverture par une image très forte, l’arrivée au tribunal de l’ancien premier ministre Dominique de Villepin, entouré de sa femme et de ses enfants.

Comme l’a parfaitement décrit le chroniqueur politique Jean-Michel Apathie, de Villepin arrive, « droit, altier, fier ». Il fait une déclaration solennelle, apprise par chœur, il se pose en victime d’une injustice et, dans cet exercice, il est beau. C’est « presqu’une figure des temps anciens, la chevelure du chevalier, on voit presque l’armure, on se demande où il a rangé le cheval. » Sa famille est avec lui, de beaux enfants, dont une fille mannequin, et une femme souriante. Que viennent-ils faire ici, si ce n’est participer activement à ce que Jean-Michel Apathie appelle la fabrication d’une image. Leur présence atteste que l’acharnement de Sarkozy détruira non seulement un homme, mais aussi une famille « unie, soudée, confiante dans l’honnêteté du père et mari. » Leur présence est aussi un « témoignage de moralité. Nous le connaissons, disent-ils par leur seule présence, il est incapable d’avoir fait le mauvais coup qu’on lui reproche. » La présence de la famille pose ainsi « l’affirmation de l’innocence comme un postulat ». Pas besoin de discours, la présence physique de la famille unie suffit. « Voilà fondamentalement, conclut Apathie, une image. » Une image savante, parfaitement orchestrée et bien rôdée, parabole de l’innocence, métaphore de la probité, allégorie de la vérité. Ou plus simplement image de propagande.

Ah, la propagande ! Véritable institution culturelle ordinairement réservée aux seuls états totalitaires ! Propagande soviétique, propagande nazie ou, plus proche de nous, propagande pro-irakienne destinée à exalter l’image de Saddam Hussein. Souvenons-nous : quelques jours avant que les forces interalliées ne libèrent le Koweït du joug irakien en janvier 1991, on voit fleurir dans les souks des affichettes à la gloire de Saddam Hussein. Les premières montrent un Saddam souriant, habillé en civil, assis dans un salon, apôtre de la négociation et de la paix. Puis, dès lors que la guerre paraît imminente, on le voit, en uniforme militaire, priant dans une mosquée, appelant le monde musulman à la guerre sainte ; ou encore tenant dans ses mains la mosquée du Rocher à Jérusalem, comme pour dire aux Palestiniens que leur guerre contre Israël et la sienne contre l’Occident sont les mêmes. Lorsque le conflit éclate, on le voit, ô surprise !, sur le cheval de Napoléon franchissant les Alpes, une fresque immortalisée en son temps par le peintre David… Et lorsque le conflit se conclut par le retrait des troupes irakiennes du sol koweïtien, on le voit tout sourire, qui fait le « V »de la victoire !

L’image du preux chevalier de Villepin nous enseigne que les potentats n’ont pas le monopole de la propagande. Avant que le procès ne commence, qui consacre la toute-puissance du témoignage, de l’aveu, du document, de l’interrogatoire, du serment, de l’archive, de la plaidoirie ou du verdict, en un mot qui consacre l’avènement de la seule parole orale ou écrite, l’icône de Villepin et sa sainte famille, avec l’efficacité dont toute image est riche, nous rejouent l’Ecce homo de la Passion. Soyez certains que s’il est acquitté, le grand homme sortira tout sourire du prétoire, en faisant le « V » de la victoire…

Vous pouvez voir les affichettes représentant Saddam Hussein en consultant l’album ci-dessus. Et écouter cette chronique telle qu’elle a été diffusée sur les ondes de la Radio Suisse romande, à la page des Matinales d’Espace 2, en cliquant sur ce lien: www.rsr.ch

Laisser un commentaire