Emmanuelle Béart censurée par le journal « Le Monde »…

p111.jpg Jan Steen, « La Célébration de la naissance », 1664, Londres, The Wallace Collection. (Avec l’aimable autorisation de The Trustees of the Wallace Collection.)

En France, de nombreux sites Internet viennent d’épingler la rédaction du prestigieux quotidien « Le Monde », coupable, selon eux, d’avoir, en une seule semaine, censuré et falsifié trois fois l’information. Principale victime du caviardage, l’actrice Emmanuelle Béart.

Rappelons d’abord en quoi consistent ces coups de ciseau. Il y a tout d’abord l’affaire des barbelés. A lire « Le Monde », des étudiants en grève contre la loi Pécresse auraient interdit aux journalistes de dépasser un périmètre délimité par des barbelés. En réalité, ceux-ci avaient été dessinés à la craie sur le sol. Ensuite, il y a l’affaire Emmanuel Béart qui, dans une tribune libre, s’en prenait à la Ministre du Logement, Christine Boutin, après que celle-ci eut comparé des SDF à une meute. Le passage a été censuré. Enfin, dans le même numéro, un journaliste dénonçait la démarche de ces actrices, trop riches, qui s’apitoient soudain sur le sort des pauvres. Insistant lourdement sur la beauté d’Emmanuel Béart, l’éditorialiste s’est bien gardé de signaler la présence à côté d’elle, de Josiane Balasko, l’une des actrices françaises les plus engagées contre la misère, mais dont le charme, disons plus discret, eût ruiné son argumentation…

Tout cela est révélateur d’un climat délétère stagnant au-dessus des médias de l’Hexagone, depuis l’élection de Nicolas Sarkozy et prouve assez la mesquinerie et la couardise d’une presse et d’une télévision inféodées au pouvoir. Il n’est que de voir comment ces dernières ont pris parti contre la grève des cheminots, allant jusqu’à évoquer des usagers pris en « otages », cependant que, dans le même temps, la famille d’Ingrid Betancourt était reçue à l’Elysée…

D’aucuns rétorqueront que c’est faire une montagne avec des queues de cerises. C’est comme si on se focalisait sur le détail à peine visible d’un immense tableau. Or, c’est précisément avec un menu détail que l’on fait ressortir l’âme d’un grand tableau. Prenez par exemple « La célébration de la naissance » peint par Jan Steen en 1664. On y voit un intérieur hollandais chamboulé par la naissance d’un bébé. A l’arrière-plan, la mère, alitée, reçoit les félicitations de ses voisines. Tout devant, à gauche, la sage-femme, son travail accompli, se repose sur une chaise. A droite, les domestiques s’affairent autour d’une grande marmite. Au centre, des amis attablés s’apprêtent à trinquer à l’enfant nouveau, cependant qu’une nourrice, de dos au premier plan, s’avance vers le père qui tient maladroitement le nouveau-né. Hormis ce papa emprunté, tout le monde semble pris d’un fou-rire qui paraîtrait exagéré si un minuscule détail ne venait lever le mystère. Tout au fond du tableau, on devine un homme hilare qui prend congé de l’assistance en apposant deux doigts en forme de « V » sur la tête du bébé. Cet homme est le véritable père de l’enfant et le mari maladroit est un cocu parfait.

Il n’est, je pense, pire état que celui d’un cocu. C’est pourtant à cette basse condition que le « Le Monde » quotidiennement rabaisse son lecteur.

Vous pouvez voir une reproduction du tableau de Jan Steen, « La célébration de la naissance », 1664, en ouvrant l’album ci-dessus.

www.wallacecollection.org (web)

The Wallace Collection
Hertford House,

Manchester Square,
London,
W1U 3BN, UK
Coming soon: Theatres of Life: Drawings from the Rothschild Collection at Waddesdon Manor 8 November 2007 – 27 January 2008

 

3 Réponses à “Emmanuelle Béart censurée par le journal « Le Monde »…”

  1. Milpyu dit :

    Good afternoon , You create some eminent blogs. I examine back right here regularly to find out should you have kept as a good deal as date. I thought you might want to know, as soon as I select your RSS feed it takes me to one more site.

    In conclusion , allow me thank you for your patience with my English as (I am convinced you have figured this at this moment ,), English is not my initial language therefore I am using Google Translate to build out how to record what I sincerely mean to articulate.

  2. Julbcr dit :

    Groovy, this might be exactly what my wife plus I desired to be trained

    As a final point , allow me thank you for your patience with my English as (I am positive you have figured this by now,), English is not my head tongue consequently I am using Google Translate to figure out how to write down what I genuinely want to say.

  3. Duprgj dit :

    I do not even understand how I arrived on this web page , yet I thought this report was grand.I don’t get your history but undeniably you’re going to be a well-known writer if you aren’t by now Cheers!

    As a final point , let me thank you for your tolerance with my English as (I am certain you have become aware this by now,), English is not my first language thus I am utilizing Google Translate to form out how to note down what I truly wish to write down .

Laisser un commentaire